VivelaPub analyse des tendances publicitaires
Partagez-moi ! partagez 42commentaires

Quand la publicité déchaîne les féministes

La place de la femme dans la publicité est depuis longtemps un sujet très sensible. La récente polémique autour des publicités de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair en est une nouvelle fois la preuve.

publicité retirée ryanair

"des prix chauds, tout comme l'équipage !!!"

Ryanair, qui n’en est pas à sa première polémique, s’est attirée cette fois les foudres de certaines de ses employées, se voyant traitées comme des « objets sexuels » par leur propre entreprise. L’affaire fut portée devant l’Advertising Standarts Autority (autorité de surveillance de la publicité anglaise) en décembre 2011, qui a décidé de bannir la publicité il y a quelques jours.

Le message est certes à prendre au second degré, mais l’humour ne passe toujours pas en publicité quand il s’agit de la représenter la femme-objet. Il faut se souvenir que dans les années 50 et 60, la femme était perçue comme la ménagère et la publicité s’évertuait à nous faire croire que les appareils électroménager étaient la plus belle chose qui lui soit arrivée !

pub moulinex sexiste 1956

Moulinex libère la femme - 1956

publicité sexiste hoover 1960

Hoover - 1960 - le matin de noël, elle sera plus heureuse avec un Hoover.

Boites sous vide Fowlers Vacola - 1960 - le cadeau idéal pour toutes les occasions.

kenwood affiche sexiste

Robot multifonctions Kenwood - 1960 - Le Chef fait tout sauf la cuisine, les femmes sont faites pour ça !

Faire un bon café était primordial pour être une bonne épouse selon Folger’s coffee (1954) et Moutain Grown (années 60)


Et lorsque la femme sortait de sa cuisine, c’était souvent pour se ridiculiser.

publicité sexiste telex 1962

Telex Datacomp - 1962

publicité sexiste volkswagen

Volkswagen - 1964 - Tôt ou tard, votre femme conduira, une bonne raison d'avoir une Volkswagen.

Beaucoup d’autres exemples à voir sur le blog Advertising Times : le sexisme dans la pub en 45 affiches surprenantesle sexisme dans la pub, le retour.

A la fin des années 60, le mouvement féministe, prônant l’émancipation de la femme, réussit à faire évoluer provisoirement le rôle et la vision de la femme dans la société, et donc dans la publicité. La femme s’affirme, certaines marques surfent sur cette tendance comme l’enseigne de chaussures Eram. Etait-ce la fin du sexisme dans la publicité ? Non !

Le sexisme fait son grand retour dans la publicité à partir des années 90, influencé par la tendance porno-chic. Le femme passe du statut de ménagère dans les années 60 à celui de femme-objet dans les années 90. Une chose est sûre : le sexe attire l’attention (même s’il ne fait pas forcément vendre), ce qui ne peut que être bénéfique pour la notoriété de la marque. Toutes les excuses sont bonnes pour montrer une femme nue, que le produit soit un gel douche ou un parfum…

pub sexiste

Yves Saint Laurent - Opium - années 2000

Ces dernières années, deux types de publicités sexistes se détachent :

1. Les publicité toujours plus trash.

Montrer une femme nue ne suffit plus, il faut aller plus loin, simuler l’acte sexuel, choquer le public pour faire parler de soi. Le buzz sera d’autant plus important si la publicité est retirée, comme pour les quelques couturiers ci-dessous. Drôle d’idée que de montrer des corps nus pour vendre des vêtements…

pub sexiste Tom Ford

Tom Ford - couturier et parfumeur - 2008 (et encore, ce n'est pas la pire...)

American Apparel

pub sexiste american apparel

La marque American Apparel gère elle-même ses campagnes publicitaires. Selon Don Charney, créateur et Directeur général d’American Apparel, les modèles posant pour ces publicités ne sont pas des mannequins professionnels mais des gens choisis dans la rue, voire des employés de l’entreprise. Les modèles ne sont pas maquillés, pour garder un côté naturel et proche des clients.

pub sexiste american apparel

American Apparel

American Apparel – collection automne hiver 2011/2012 (une certaine ressemblance avec l’affiche du film Les Infidèles)

affiche du film les infidèles

Sisley

La marque de prêt-à-porter italienne appartient au groupe Benetton, mondialement connu pour ses publicités choc. Sisley dépasse les limites du politiquement correct avec un style pornographique amateur, loin de la tendance porno-chic, et pire encore, en faisant des allusions à des pratiques zoophiles.

pub sexiste sisley

sisley vache

pub sexiste sisley

pub sexiste sisley

pub sexiste sisley

Diesel – campagne Be Stupid

La campagne Be Stupid de Diesel fut primée au Grand Prix de la Publicité de Canne en 2010 avant d’être bannie en Angleterre sous son format d’affiches. L’autorité de surveillance a en effet décrété que cette campagne d’affichage « pouvait être vue par tout le monde et donc donner de mauvaises idées aux enfants ». Diesel tenta en vain de défendre sa campagne en disant sur la publicité ci-dessous montre « une image forte et inattendue de la féminité », que la femme montrant ses seins à la caméra« traitait de la préoccupation de la société face aux caméras de surveillance branchées 24/24, mais de manière légère ».

pub sexiste dieselpub sexiste diesel

Dolce & Gabbana (2007)

pub sexiste dolce gabana

La publicité fut tout d’abord retirée en Italie par l’Institut d’autodiscipline publicitaire, lui reprochant « d’offenser la dignité de la femme. Si l’image ne porte pas de références implicites à la violence physique, elle évoque, en raison de la position passive et désarmée de la femme face aux hommes qui l’entourent, la représentation d’un abus ou l’idée d’une violence à son encontre », indiqua encore l’Institut. Devant ces accusations, Dolce Gabbana retirera quelques jours plus tard la publicité dans le monde entier, en indiquant qu’ils n’avaient jamais voulu offenser ou créer de polémique.

Gucci (2008)

pub sexiste gucci

Scène de soumission trop évidente. Selon la Chambre de Commerce Internationale, La publicité doit éviter d’induire une idée de soumission ou de dépendance dévalorisant la personne humaine et en particulier les femmes.

Lee

pub sexiste Lee

Une allusion sexuelle trop évidente dans un style porno-amateur.

2. Les publicités humoristiques

Babette (2000)

pub sexiste babette

L’humour est bien passé. Intéressante anecdote de Jean-Pierre Teyssier, président du BVP (Bureau de Vérification de la Publicité) de l’époque :

Ce soir d’avril, se trouvait posée sur notre bureau l’affiche de la crème fouettée Babette, assortie d’un slogan à l’humour provocateur « je la lie, je la fouette, et parfois elle passe à la casserole », largement étalé sur le tablier d’une cuisinière plutôt sexy. Cette affiche ne nous a pas interpellés outre mesure. Les instruments de cuisine mis clairement en évidence, permettent de décoder, de façon immédiate, le jeu de mots présenté en accroche. L’humour est évident et le jeu de mots plutôt bien trouvé. Nous en parlons entre nous et aboutissons rapidement à une conclusion : Babette est un clin d’œil plus qu’une provocation. Son humour nous aura convaincus. La suite immédiate nous donnera raison. Diffusée entre le 12 et le 19 avril 2000, la première campagne d’affichage Babette sur 5500 panneaux ne soulèvera que peu de réclamations auprès du BVP. Quatre pour être tout à fait précis. Nous ne sommes pas surpris. Avant de donner son feu vert à la campagne, l’agence d’Arcy a pris soin de tester sa création sur un échantillon de femmes représentatives. Lesquelles n’y ont rien trouvé à redire. En un an, les ventes ont progressé de 35,9%. Les consommatrices, visiblement, ont apprécié l’humour. Du moins ne les a-t-il pas fait fuir.

L’année suivante, Babette lance la deuxième vague de la campagne publicitaire.

babette j'en fais ce que je veux

Cette fois-ci, les pétitions organisées par des associations arrivent par centaines au BVP. Ce qui était drôle la première fois ne l’est plus la seconde…

Sixt (2009)

bannière sixt sexiste

Le 24 avril 2009 apparaissait sur le site Lepost.fr une bannière publicitaire pour le loueur de voitures Sixt. En cliquant sur la provocante bannière, l’internaute arrivait sur la page suivante, où la chute était bien plus sérieuse.

bannière sexiste sixt

Un second message apparaissait quelques instants plus tard.

bannière sexiste sixt

Interrogé par LePost, Konstantin Sixt, responsable des services Internet de Sixt, reconnu l’erreur et déclara que « les français n’ont pas compris l’ironie du message… C’est plus difficile de communiquer sur internet car les gens regardent très vite une bannière ». En effet, beaucoup d’internautes n’ont pas forcément cliqué sur la bannière pour voir la chute.

Quelques visuels de la campagne :

pub sexiste sixt
pub sexiste sixt
pub sexiste sixt
pub sexiste sixt
pub sexiste sixt
Et vous, trouvez-vous cette campagne drôle ?

3 Suisses (2010)
pub sexiste 3 suisses

Alors qu’une étude scientifique venait d’affirmer que le point G n’existe pas, les 3 Suisses profitèrent de cette actualité avec une affiche publicitaire assurant que le point G était dans la penderie. Selon Anne-Marie Schwab, directrice de la communication des 3 Suisses, l’idée était d’être drôle et impertinent.

« On ne voulait pas faire parler de nous sous l’angle de la misogynie, c’est sûr. Le but de ces affiches c’est que les gens remarquent les 3 Suisses… Nous sommes désolé d’avoir heurté la sensibilité de certaines personnes, ce n’était vraiment pas le but. »

Orangina

Les animaux humanisés d’Orangina permettent des allusions sexuelles très poussées en évitant la censure, comme pour l’affiche ci-dessous, où la femme-biche semble donner le sein au vieil homme.

pub sexiste orangina

11footballclub.com

A l’occasion de l’ouverture de son magasin nantais, la boutique en ligne spécialisée dans les articles de foot 11 Football club vient de réaliser cette publicité virale dans le but évident de créer le buzz. Une nouvelle fois, la femme est perçue comme un objet sexuel dominé.

Interrogé par 20minutes, le co-gérant du magazin déclara pour sa défense que « ce n’est que de l’humour, et rien d’autre. Le message de la pub n’était pas de dénigrer la gent féminine, mais juste de dire qu’on prend soin de nos clients »

Natan (2002)

pub sexiste natan

La femme vénale selon le joallier Natan, qui se vente d’avoir inventé « la première télécommande pour femme ».

Cadremploi (2007)

pub sexiste cadremploi

Pourquoi le « e » de recruté(e) est-il entre parenthèses ?

Burger King
pub sexiste burger king

« Il va vous exploser la tête ». La femme ressemble a une vulgaire poupée gonflable.

Maggi (2003)
pub sexiste maggi

Campagne jugée « sexiste et discriminante pour les femmes » par l’association féministe La Meute.

RabaisEtudiant.ch (2008)
pub sexiste rabaisetudiant.ch

Surcouf (2008)
pub sexiste surcouf

En octobre 2008, le magasin de l’avenue Daumesnil retire de ses vitrines des visuels particulièrement sexistes qui avaient provoqué la fureur de l’association. L’association féministe des « Chiennes de garde » avaient diffusé une lettre ouverte à Yves Lagier, le PDG de Surcouf, lui demandant de retirer ces images offensantes pour les femmes.

Fromage AOC Cantal (2009)

Les  Chiennes de garde ne tarderont pas à dénoncer « ce prétendu humour qui prend les femmes pour cible dans des films portant le logo de la République Française et notamment financée par de l’argent public provenant du Conseil régional d’Auvergne et du Département du Cantal » et lança l’opération non au fromage qui tue.

Peta.org

Cette publicité signée de l’association de défense des animaux Peta devait être diffusée lors de la 43ème édition du SuperBowl en 2009. La chaîne américaine NBC lui opposa son veto.

Nikon
pub sexiste nikon

Le sexisme pour la bonne cause

Reporter sans Frontières (2007)

reporter sans frontières marianne ensanglantée

Afin d’interpeller les français sur la situation de la liberté de la presse en France à quelques jours de l’élection présidentielle de 2007, Reporter Sans Frontières représente une marianne au visage violenté, surmontant le slogan provocateur « Franchement elle l’a cherché ». Les Chiennes de garde ne tarderont pas à réagir, prétextant que « même au service d’une bonne cause, la violence contre les femmes ne peut être un argument pertinent ».

Association de défense contre le tabac – 2010

pub consurée défense contre le tabac

L’allusion à une fellation forcée est trop évidente. Ce n’est pas tant l’image de la femme qui est en jeu ici, mais celle de l’enfant. Certaines associations comme Enfance et Partage reprochent à cette campagne de faire le parallèle entre l’abus sexuel et le tabagisme pour illustrer la dépendance qu’il engendre.

Quel est l’avenir de la femme dans la pub ?

Malgré toutes les actions menées par les  mouvements féministes, il semble que le sexisme dans la publicité ait encore de beaux jours devant lui. Les responsables de la communications des marques ont beau présenter leurs excuses en prétextant vouloir uniquement faire de l’humour et ne pas choquer les sensibilités, on peut douter de leurs réelles intentions.

A moins d’une grande naïveté de leur part, ces experts qui maîtrisent toutes les ficelles de la communication savent pertinemment qu’ils créeront le buzz grâce aux féministes, qui ne manquent pas de réagir à chaque provocation.

La publicité n’est que le reflet de la société. Internet a révolutionné les moyens de communication et notre façon de consommer l’information. Une information peut faire le tour de la planète en quelques minutes, et, comme le disait Andy Warhol en 1968, chaque individu peut avoir son quart d’heure de gloire. Il est bien plus difficile d’attirer notre attention qu’auparavant, tout doit aller plus vite, être plus fort… La tendance porno-chic dans la pub des années 90 s’est transformée en porno-amateur dans les années 2000.

Avons-nous atteint une limite ou est-il possible d’aller encore plus loin ?

EDIT : 27/02/2012 – Et l’homme dans tout ça ? ——————————————————–

Pour respecter la parité homme-femme, je vous invite à consulter cet article : l’homme, objet sexuel publicitaire

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !





Restons connectés



Ces articles pourraient également vous intéresser :

 

42 commentaires (+ajouter le votre ?)

  1. Béatrice gelin - 22 fév 2012 à 18:37:02

    MLF pas mort.. On a à peine commence à déblayer le terrain!! Les hommes ne sont guère mieux traités que les femmes,d’ailleurs,dans cette « marchandatisation » du corps…

    Répondre

    • NEEL - 22 fév 2012 à 22:39:50

      Mais que sont majoritairement ces publicitaires, ces experts en communication ? Des hommes ou des femmes ?
      Et bien quel chemin parcouru ! Si c’est une femme libre que l’on nous montre dans ces pubs, c’est que tout est à refaire ! Mais bon, c’est ça notre société capitaliste qui repose sur des fondements de rapports dominants/dominés. Oui, il y a du boulot !
      De plus en plus dégueu… et franchement violent ! De quoi laisser passer aussi toutes les violences… sociales, très… insidieusement et dangereusement.
      - Oh, excusez moi de vous demander pardon… j’vous avais pas vue !
      - Trop tard, t’as déjà fait le tour du monde… Et… ON va s’en souvenir !!!

      Répondre

    • veracruz - 08 oct 2012 à 16:46:49

      et alors, faut-il s’en contenter…

      Répondre

  2. Une Femme moderne - 26 fév 2012 à 16:15:15

    Mais arrêtez un peu de tout mélanger.. Ces pubs ont parfois même été créées par des femmes ! Il ne faut pas confondre sexisme, machisme et HUMOUR, AUTODERISION ! Je suis une femme parfaitement indépendante, et cela ne m’empêche pas de penser que le féminisme faut arrêter, c’est bon c’est finit, ça devient n’importe quoi, on a voulu l’égalité entre homme/femme et ON L’A (plus ou moins car si on regarde plus loin que l’Europe, bien sûr que ce n’est pas le cas, toutefois la publicité en Europe et Amérique du Nord si elle moque la femme c’est souvent de l’autodérision) ! Vous ne réclamez tout de même pas des privilèges là ?! Cessez d’êtres si rigides, de critiquer ce qui guide votre pensée. Oui la publicité guide votre pensée et ce n’est pas obligatoirement quelque chose de mal. Comment croyez-vous que le féminisme s’est répandu ?! Moi je les trouve très belles ces pubs. Allez jeter un coup d’oeil dans des livres d’histoire des arts mesdames et messieurs, vous verrez bien que depuis la grèce antique la nudité des femmes est le meilleur moyen pour les comparer à des déesses au-dessus des hommes. Alors quand on ne sait pas, on ne critique pas. Allez, peace, et vivez dans le présent, c’est important ;) Toutefois, ne vous privez pas d’améliorer votre culture de la statuaire antique, vous en avez grand besoin !

    Répondre

    • ayoyeee - 16 déc 2012 à 20:08:04

      hey allo!!??? tes contente que les jeunes filles font les memes chose que ce qu’elles voient dans les pub que des jeunes en savent beaucoup sur le sex quand dans le temps on jouait encore avec des poupées. Il peut y en avoir des pubs sexy mais pas en tout temps dans la journée épuis il y a une différence entre de l’art et du porno ;) c’est pas compliquer de voir la différence!!! Et il y a une différence entre déesse et objet!

      Répondre

    • FemmeEtFière - 07 mar 2014 à 20:04:17

      Femme Moderne, encore une pauvre brebis qui suit le troupeau et qui fait honte à notre sexe. On a l’égalité, ah bon, tu crois? Pour une femme assez féministe (pas extrémiste non plus), je trouve qu’au contraire, on régresse. Cette sois disant indépendance est pour se donner bonne conscience, mais croire que la femme est libérée car elle se dandine à moitié nue, tu n’as rien compris!
      Tu trouves ça beau, une femme qui boit le lait d’une vache (inutile de faire celle qui n’a pas comprit le message en-dessous), ou en sous-vêtements qui se fait tripoter les fesses par un mec en costard, toi? Ici, il n’est pas question de simple nudité portée avec fierté. Oui, une femme qui se met nue en signe de protestation (contre un cancer du sein, par exemple) ou pour l’égalité des corps, ça c’est beau! Une statue ou une peinture de femme nue, ça aussi c’est très beau, là-dessus je ne dis pas le contraire. Mais une femme qui pose nue de façon vulgaire et soumise, à la limite de l’actrice porno, ça c’est vulgaire et asservissant!
      Alors ne mélange pas tout, s’il te plaît! Si toi, ça te plaît d’être comparée à ce genre de fille, ça te regarde, mais pense un peu aux petites filles et au modèle que la société leur dicte! C’est comme ça que ta fille se comportera, plus tard? Tu aimerais que de petits pervers l’a sifflent dans la rue simplement parce qu’à leurs yeux, elle restera une « pouffiasse »? Il faut faire la différence entre l’art et la pornographie, mais d’après ce que je lis, avec de telles femmes de ton genre, on est pas près de s’en sortir…

      Répondre

  3. paul - 26 fév 2012 à 20:55:21

    La Grèce Antique, paradis perdu des femmes qui n’avaient bien évidemment pas voix au chapitre dans la cité, ni même chez elles puisqu’une partie de leur maison leur était interdite. Quand je lis « le féminisme faut arrêter » , j’ai envie de sortir mon fer à repasser.

    Bon, que cela ne vous empêche pas d’aller voir cette compilation réalisée par mes soins pour compléter cet article :
    http://hippopotable.blogspot.com/2012/02/les-plus-belles-reclames-pour-vous.html

    Répondre

  4. panda_homme - 26 fév 2012 à 22:10:36

    Triste.
    J’adorai Culture pub qui décryptait les pubs d’excellents petits films et d’autres pubs pathétiques, trash. L’analyse de l’image doit nous faire prendre du recul et apprécier l’expression graphique :
    Bien sûr y a du drôle, du 2nd degré, du bien trouvé etc…

    mais pour qui (adultes et enfants dans le même bateau qu’est le salon-TV) ?
    Et surtout pour quoi ?

    Je relis 99 Francs de Beigbeder, et oui on nous prend pour des CB sur pattes, des comptes en banque à vider.
    Business want you !

    Pour la culture, le drôlerie, mieux vaut allez voir un bon film, un bon spectacle, acheter un bon roman. Vous aurez dépenser pour ce vous vouliez faire.

    La pub, c’est attiser l’envie et espérer vendre avant que le client réfléchisse.
    C’est tout.

    Répondre

  5. annepostec - 26 fév 2012 à 22:30:19

    Oui il y a bien des raisons d’être choqué là, et pas seulement pour SEXISME MANIFESTE ; il y a aussi là toute une LIBERTE D’EXPRESSION DES MARQUES…

    Le cas d’American Apparel (et l’affiche du film Les Infidèles) / est super chocant pour 2 raisons. la première c’est que le film ait vu son affiche interdite. On mélange tout ici. Le cinéma a le devoir de pouvoir dire les choses. et la seconde raison c’est que la pub d’American Apparel est vectrice d’une posture affreusement machiste et n’a pas été interdite – ?????? – Au nom de l’art marchand, au nom de la liberté d’expression des marques ; lesquelles clament bien fort qu’elles ont des valeurs…?
    Sinon, il y a bien la pub Natan (jambes écartées devant un diamant) c’est aussi selon moi une image de la femme très dégradante : il faudrait trouver l’équivalent mec, pour qu’ils voient l’effet que ça fait. Non mais !!!!!!!!
    Je ne mettrais pas toutes les pubs de cette série dans le même sac, non plus. Tant qu’il n’y a pas d’agressé, d’agresseur : je crois que « c’est plus ou moins recevable » ; enfin à mes yeux…maintenant peut-être que je me trompe…
    La Dolce Gabbana est assez troublante, (un trouble de l’esprit hein (..)) ; car le doute est permis autant d’ans le « désir » de la fille, que dans l’intention des garçons…)…Bon mais dans le doute on s’abstient, non ?
    Et pour être sincère j’aime assez la Nikkon (en pleine période se seins malsains), ahhaha ouais ça me fait bien rire !
    Et la mésaventure de SIXTH : savoureuse, comme une vengeance…

    Répondre

  6. Ludo - 29 fév 2012 à 18:24:36

    Pst, chère « Femme moderne », vous semblez vous y connaître en égalité « hommes/femmes », alors j’ai un boulot pour vous : puisque l’égalité est déjà LÀ (comme aurait pu le dire notre regretté Michel Sardou), allez corriger les innombrables erreurs et mensonges qui se sont glissés dans ce petit rapport-là, sans doute rédigé par des féministes « rigides » :
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics//084000614/0000.pdf

    Attardez-vous sur la page 61, par exemple :
    « 15% : part des femmes aux emplois supérieurs dans la fonction publique
    1020 : montant mensuel moyen brut de la retraite en euros (1636 pour les hommes) »
    Etc, etc.

    Comment vous dites, déjà ?
    Ah oui, ça me revient : « quand on ne sait pas, on ne critique pas. »

    @ Paul : fichtre, quel blog super bat’ ! Vous avez bien fait d’en faire la pub.

    Répondre

  7. Machoman - 04 août 2012 à 04:15:11

    Les femmes qui sont sur les pubs, elles sont en images de synthèses?

    On dirait plutôt des vraies femmes qui acceptent de vendre leur image pour de l’argent.

    A part ça, ça me fait rire de voir des mecs rabâcher à cette FemmeModerne qu’il faut être féministe.

    Avant le féminisme en tant que courant idéologique de masse y’avait le plein emploi.
    Le bilan du féminisme? Les femmes peuvent voter ( waw, ça sert à rien, le pouvoir vient des multinationales et des banques), elles DOIVENT travailler ( et donc sont taxées par l’état qui file tout aux banques ) et sont désormais libre de consommer des cosmétiques, fringues et autres produits amincissants pour être « belles » c-a-d correspondre aux pubs qui ressemblent de moins en moins à des femmes. Je ne connais pas une seule femme qui n’aie pas peur de vieillir seule et la haine de soi atteint des niveaux records, à force de montrer des working girl américaines extrabonnes et indépendantes partout.

    Vous me faites rire à être féministes parce que c’est dans l’air du temps, en sortant la femme au travail et le droit de vote comme un bilan positif. Je vois pas de chose pire que le féminisme qui soit arrivé à la femme depuis le moyen age.

    L’égalité des sexes est un objectif totalement crétin, nous ne sommes pas égaux, on a pas les mêmes caractéristiques ni intérêts.

    Répondre

    • Abd Salam - 12 oct 2012 à 15:35:40

      @ Machoman,
      Les femmes DEVAIENT travailler avant le féminisme… sauf qu’elles n’avaient pas le contrôle de leur salaire, c’est le mari (ou le père) qui controlait l’argent (elles n’avaient accès qu’à des métiers subalternes, et devaient se contenter du « salaire féminin », être payée moins qu’un homme quoi).

      Les pub justement prônent des « principes » qui ont toujours été combattu par les féministes : le « sois belle », ET « tu n’as de valeur que par ta beauté et ta jeunesse ».
      Drôle d’idée que de reprocher au féminisme des choses qui sont la perpétuation du machisme !

      Les hommes et les femmes sont égaux… car les hommes ET les femmes sont des êtres humains.
      (épargnez-nous l’étalage de votre ignorance).

      Répondre

  8. manonmars - 24 mar 2013 à 20:21:34

    Même pas la peine de répondre à ce blaireau.
    Si travailler et avoir le droit de vote est si nul, renonces-y toi en tant que mec !
    Pourtant quelque chose me dit que ça te ferait bien chier de ne pouvoir avoir l’indépendance économique et d’être privé de tes droits civiques.
    Comme tu es un machoman, peut-être tu fréquentes des pauvres filles qui ne dépensent leurs salaires qu’en rouges à lèvres. Moi j’en connais plutôt qui en dépense pour s’acheter des appart, partir en vacances, aller au théâtre, au cinéma, au resto, assurer une éducation à leurs gosses, bref, la plupart des choses que font les hommes aussi. Et c’est sans compter qu’un salaire leur octroie le droit de pouvoir dire à un blaireau comme Machoman : casse-toi, je n’ai pas besoin de faire la vaisselle à un homme qui me méprise pour ne pas mourir de faim, et ça, ça te rogne, c’est normal. ^^

    Répondre

  9. Nena - 21 juin 2013 à 21:42:50

    Avant de prôner le féminisme il faudrait être tolérant envers les autres non ?…

    Parce que, bon, je suis une fille (une jeune fille), je ne suis ni pour ni contre les féministes. Parce qu’au bout d’un moment c’est chiant quoi, comme si le féminisme détenait la pensée de toutes les femmes. Le droit de vote, le droit d’avoir un compte c’est une chose, maintenant voir le mal partout comme dans les publicités c’est autre chose.
    D’une part, on dirait que seules les femmes souffrent d’une image : femme objet, femme battue..
    Aaaaaaaaaah excusez-moi mais il y a des hommes objets dans les pubs sauf qu’on va pas les montrer : y’a pas vraiment de mouvement masculiniste ; de même qu’il y a des hommes battus, j’ai d’ailleurs fait mon TPE sur ces cas, mais bon, ce sont des « tapettes » pour la majorité des gens, non ? Ben ouais, donc il n’y a pas que les femmes qui soi-disant souffrent d’une certaine image qu’on leur donne.
    D’autre part, certes, certaines pubs s’avèrent choquantes il faut l’avouer, mais il y en a aussi soi-disant « misogynes » que moi je trouve super drôle. De même que si je vois un homme en position de ridicule dans une pub j’en rirais autant.
    Puis bon, il faut le dire, les femmes qui font ces pubs, elles sont d’accord que je sache, donc elles acceptent cette « image » là. La plupart de ces pubs étaient marrantes, et le seul rapport qu’elles ont avec le porno ou la soi-disant soumission c’est… ben rien en fait, au contraire, ça se moque même du porno !

    En parlant de porno, c’est aussi LE débat du sujet qui peut varier selon les personnes mais que je sache dans les pornos les hommes sont autant objets que les femmes DONC dans les pubs imitant le porno aussi.

    Et en parlant de soumission notamment sexuelle qui est si souvent représentée il faut arrêter de considérer que femme soumise = femme qui souffre ou femme à la merci de l’homme. Du peu que j’en sais beaucoup de femmes s’adonnent à des pratiques de soumission et d’un autre côté ce sont des femmes qu’on pourrait même jusqu’à qualifier de « féministes » pour certaines car la soumission d’une femme n’est pas incompatible avec la cause des femmes ! Une femme soumise ne veut pas dire qu’elle se fait manquer de respect.

    Coup de gueule d’une jeune fille qui en a marre des pseudo-féministes et surtout des hommes qui se prétendent être pour la cause des femmes alors que la plupart des gens n’ont pas les idées aussi tordues QU’EUX sur ce qu’ils voient.

    Répondre

  10. Nena - 21 juin 2013 à 21:42:50

    Avant de prôner le féminisme il faudrait être tolérant envers les autres non ?…

    Parce que, bon, je suis une fille (une jeune fille), je ne suis ni pour ni contre les féministes. Parce qu’au bout d’un moment c’est chiant quoi, comme si le féminisme détenait la pensée de toutes les femmes. Le droit de vote, le droit d’avoir un compte c’est une chose, maintenant voir le mal partout comme dans les publicités c’est autre chose.
    D’une part, on dirait que seules les femmes souffrent d’une image : femme objet, femme battue..
    Aaaaaaaaaah excusez-moi mais il y a des hommes objets dans les pubs sauf qu’on va pas les montrer : y’a pas vraiment de mouvement masculiniste ; de même qu’il y a des hommes battus, j’ai d’ailleurs fait mon TPE sur ces cas, mais bon, ce sont des « tapettes » pour la majorité des gens, non ? Ben ouais, donc il n’y a pas que les femmes qui soi-disant souffrent d’une certaine image qu’on leur donne.
    D’autre part, certes, certaines pubs s’avèrent choquantes il faut l’avouer, mais il y en a aussi soi-disant « misogynes » que moi je trouve super drôle. De même que si je vois un homme en position de ridicule dans une pub j’en rirais autant.
    Puis bon, il faut le dire, les femmes qui font ces pubs, elles sont d’accord que je sache, donc elles acceptent cette « image » là. La plupart de ces pubs étaient marrantes, et le seul rapport qu’elles ont avec le porno ou la soi-disant soumission c’est… ben rien en fait, au contraire, ça se moque même du porno !

    En parlant de porno, c’est aussi LE débat du sujet qui peut varier selon les personnes mais que je sache dans les pornos les hommes sont autant objets que les femmes DONC dans les pubs imitant le porno aussi.

    Et en parlant de soumission notamment sexuelle qui est si souvent représentée il faut arrêter de considérer que femme soumise = femme qui souffre ou femme à la merci de l’homme. Du peu que j’en sais beaucoup de femmes s’adonnent à des pratiques de soumission et d’un autre côté ce sont des femmes qu’on pourrait même jusqu’à qualifier de « féministes » pour certaines car la soumission d’une femme n’est pas incompatible avec la cause des femmes ! Une femme soumise ne veut pas dire qu’elle se fait manquer de respect.

    Coup de gueule d’une jeune fille qui en a marre des pseudo-féministes et surtout des hommes qui se prétendent être pour la cause des femmes alors que la plupart des gens n’ont pas les idées aussi tordues QU’EUX sur ce qu’ils voient.

    Répondre

  11. Pauline - 09 août 2013 à 13:35:28

    je vais annoncer une mauvaise nouvelle à ces dames : le féminisme est aujourd’hui nécessaire.
    Les hommes battus existent. Ils sont une minorité. Les 3/4 des hommes tués par leur femmes étaient eux-même violents, ou sont des cas de légitime défense.
    1 femme sur 6 subit un viol ou tentative de viol au cours de sa vie. 9/10 des victimes de viol sont des femmes. 99,99% des violeurs sont des hommes.

    Les femmes gagnent moins et sont écartés des postes à responsabilité, à compétence égale.
    L’accès à l’avortement est en recul.

    Oui, les féministes sont plus que nécessaires. Oui, nous vivons dans une société misogyne, dont la publicité n’est qu’une des manifestations.

    Répondre

  12. Pauline - 09 août 2013 à 13:38:09

     » Les hommes ne sont guère mieux traités que les femmes,d’ailleurs,dans cette «marchandatisation » du corps » -> ah oui??

    On voit rarement des hommes être violentés et humiliés par des femmes dans le porno. L’inverse est légion. Et c »est ce qui modèle l’imaginaire érotique des jeunes garçons.
    Et la prostitution est dans une immense majorité des cas une exploitation des femmes et jeunes filles par les hommes.

    Répondre

  13. Pauline - 09 août 2013 à 13:47:53

    La jeune fille qui n’est pas choquée par la « soumission » a-t-elle déjà regardé des sites pornos? « elle se fait exploser l’anus cette salope », ça l’excite, elle trouve ça sain et épanouissant pour les femmes?
    Une femme peut être soumise par jeu, et aimer ça. Ce ne sera ni de la domination, ni de la soumission, encore moins de la violence.
    Le porno rend la violence érotique. Des hommes s’excitent devant un viol. Dans leur tête, viol = sexe normal. Oui, je sais de quoi je parle, je suis une grande fille qui ne sort pas tout juste du lycée, je connais la vie ET la théorie.
    Bref, présenter une femme comme objet revient à nous diminuer, nous humilier dans l’imaginaire masculin, qui est l’imaginaire dominant : pourquoi on dit qu’une femme qui aime le sexe est une « salope » d’après toi? Pour nous humilier, et nous rendre passive et objets du désir masculin.

    Et oui, cette érotisation de la violence permet la violence effective, largement répandue dans les couples. (30% des viols à l’intérieur du couple. Ca défrise, ça aussi)

    Répondre

  14. Johan - 02 jan 2014 à 10:01:36

    Quand je lis au dessus que grosso modo Porno = viol, ça me fait un peu bondir, d’une part parce qu’il s’agit de films, qu’à ce titre, l’actrice est nécessairement consentante. Quand je regarde terminator ou matrix ou je ne sais quel autre film, je ne vais pas ensuite essayer de me jeter par la fenêtre pour m’envoler comme Néo…
    Et bien c’est un peu pareil là, un homme est capable de repérer ce qui est une fiction. Merci de ne pas nous prendre pour de simple chimpanzés décérébrés, chère féministe convaincue.
    Ensuite, je ne sais pas ou Pauline va regarder son porno, mais les scènes de viol sont globalement très rares dans le porno, et on ne peut pas rapprocher de la sorte porno et viol. Ce n’est certainement pas la meilleure façon de s’éduquer au sexe, c’est bien évident, mais le porno ne se résume pas, bien au contraire à des scènes de viol.

    Ensuite, ça me fait toujours beaucoup marrer l’indignation de ces dames face aux pub avec une femme légèrement vêtue… ce qui me fait encore plus marrer, c’est de les voir baver sur les mannequins hommes des pubs diesel (à moitié nu), de je ne sais quelle marque de montre, ou alors discuter de leur page préférée dans le calendrier des dieux du stade de l’année.

    Nous sommes dans une société hypersexualisée, c’est une réalité, maintenant cela affecte tout le monde, en regardant les pubs autour de vous vous y verrez autant d’hommes à poil que de femmes en petites tenues. Etonnament nos amies anti-sexisme ne s’insurgent que contre les images de l’un des deux sexes… Vous avez dit anti-sexisme, êtes vous bien sûr ?

    Les chiennes de garde et autres structures féministes, autrefois progressistes et nécessaires à la cause des femmes, sont devenus des organisations conservatrices critiquant se qu’elles appellaient de leur voeux il y a 40 ans : l’émancipation de la femme, libre de faire ce qui lui plait, libre de porter un bikini si elle a envie, libre de bosser dans la pub, libre de vivre comme elle l’entend et non comme d’autre le veulent pour elle.
    Aujourd’hui ces organisations voudraient nous voir revenir à la chaste époque pré-68 ou il était inimaginable qu’une femme porte une jupe trop « courte » ou l’on voit ses genoux…

    Réflechissez sérieusement sur votre engagement, le féminisme d’aujourd’hui n’est plus la défense du droit des femmes, c’est un néo-conservatisme débilitant et insultant tant pour l’homme que la femme. Vous trouvez qu’il y a des inégalités salariales, de réussite professionnelle, et diverses autres, très bien, luttez contre ça, et arrêtons les débats stupides sur des affiches avec des gens dévêtues et les autres conneries de ces derniers temps (car je vous assure que les copines qui ont entre 20 et 30, se faire appeler Madame par les administrations, elles ne kiffent pas des masses… merci le féminisme de supprimer une forme de politesse à l’égard des jeunes femmes….)

    Répondre

  15. Florent BRESSON - 15 jan 2014 à 18:09:29

    La pub cuir center du moment qui compare des yennes et des femmes en train de se marrer peu à mon avis très bien faire partie de votre liste. Lâchez rien les filles. Florent, mâle féministe.

    Répondre

  16. FemmeEtFière - 07 mar 2014 à 20:42:04

    Je suis entièrement d’accord avec toi, Pauline, tu as tout comprit! La « jeune fille » vit certainement encore au pays des Bisounours et croit (à tort) que la soumission est quelque chose de mignon, de beau, de rigolo. Bref, je ne lui souhaite rien de mal, mais si elle savait à quel point elle se trompe. Qu’elle aille discuter à ces femmes (dont je fais partie) qui se font injustement et sans raison apparente, siffler et insulter gratuitement dans la rue! Pourquoi? Non pas parce que nous sommes des salopes, mais des femmes!
    Et pour ce genre de sous-hommes, femmes équivaut à salope, point barre! A qui la faute? A la pornographie, à ce genre d’affiches publicitaires, qu’est-ce qu’elle croit, cette Jeune Fille?? C’est ce genre de mentalité naïve et totalement faussée qui fait que nous nous trouvons dans un cercle vicieux. Donc, parce qu’une femme pose de manière très suggestive, une femme lambda dans la rue doit être traitée pareille, comme un objet et c’est tout? Il faut vraiment que les demoiselles comme jeune fille se réveillent et commencent à regarder le monde tel qu’il est vraiment!

    Répondre

Laisser un commentaire